Aarschot économise grâce à sa stratégie DIFTAR

Aarschot a choisi d’appliquer une politique diftar pre-paid, et non plus post-paid. Voilà l’un des points forts de la politique innovante de gestion des déchets que déploie la commune. Ivan Op de Beeck, chef du service Environnement d’Aarschot, explique cette stratégie en sept citations.


24.04.2017 - Témoignages clients

1. « La ville d’Aarschot a délibérément opté pour un système DIFTAR pour la collecte en porte à porte. SUEZ s’arrête ainsi à 14 000 points d’enlèvement, pour y vider un conteneur mobile équipé d’une puce (pour le fonctionnement de la DIFTAR, lire l’encadré ci-dessous). »

2. « La ville avait déjà décidé en 2015 de passer de la post-facturation à la pré-facturation. De cette façon, le citoyen gère lui-même son compte et reçoit de la commune une invitation à payer (par courrier – et bientôt sans doute par SMS) lorsque sa provision est épuisée. Pour notre commune, la provision constitue surtout des rentrées assurées. Elle nous évite également de nombreuses formalités administratives pour encaisser notre dû. »

3. « Afin de faciliter le règlement de la provision, le citoyen peut réapprovisionner son compte à une borne de paiement. Il en existe une au parc à conteneurs et, depuis peu, à la maison communale. »

 4. « Après des années d’utilisation de la DIFTAR, le volume moyen de déchets résiduels par habitant diminue considérablement depuis quelque temps. L’Aarschotois ne produisait plus que 82,05 kg de déchets résiduels en 2015, contre 88 kg en 2007 ! L’Aarschotois produit en moyenne moins d’ordures ménagères et de déchets résiduels que les habitants d’autres communes flamandes. En 2015, notre ville occupait la 13ème place de toutes les villes et communes flamandes. La DIFTAR fonctionne selon le principe du ‘pollueur payeur’ : le citoyen est sensibilisé au coût de ses déchets. Les dépôts clandestins ne se sont pas multipliés depuis l’introduction de la DIFTAR. Il faut dire que la répression est sévère. »

5. « Pour la ville d’Aarschot, l’analyse coûts-bénéfices du système DIFTAR se révèle positive. Les termes de la collaboration de longue durée avec SUEZ se sont à présent modifiés. La concession antérieure est devenue en 2015 un marché public, qui court jusqu'à la fin de 2024. Le prix du marché « gestion des déchets » a été fixé à 2.001.680,71 euros (chiffre cité dans le cahier spécial des charges). Cette nouvelle forme de collaboration avec SUEZ nous permet d’économiser plusieurs centaines de milliers d’euros par an. »

6. « Nous envisageons avec SUEZ d’optimiser la collecte des déchets en mettant en place des zones de dépôt. Elles facilitent l’enlèvement dans les nouveaux lotissements ou les grands immeubles. La première zone de dépôt est déjà opérationnelle, avec des conteneurs enterrés pour le verre, les déchets résiduels et le papier/carton.  Le citoyen, identifié au moyen de sa carte du parc à conteneurs, paie en fonction du volume qu’il apporte. D’autres emplacements sont à l’étude. »

7. « La collaboration avec SUEZ remonte à 2002. SUEZ est actuellement chargée de la collecte en porte à porte, de la gestion des parcs à conteneurs et de la logistique, ainsi que de la gestion financière et administrative (y compris la gestion de la base de données). SUEZ élabore en outre le calendrier de collecte et collabore à la sensibilisation des citoyens, notamment au moyen du magazine consacré à l’environnement. »

Contactez-nous pour savoir en quoi SUEZ peut aider votre commune.

DIFTAR à Aarschot

Le citoyen reçoit un conteneur à puce pour les déchets résiduels et, s’il le souhaite, un récipient pour les déchets organiques et un pour le papier/carton. Il ne paie pas de location pour ces conteneurs, mais la commune facture des frais d’enlèvement chaque fois qu’elle vient collecter la fraction de déchets résiduels (chaque fois que le conteneur est sorti pour être vidé). La tarification repose sur le poids pesé à l’enlèvement (la fraction papier/carton est collectée gratuitement). Les tarifs sont fixés par la ville d’Aarschot. Lorsque le citoyen apporte ses déchets à la déchetterie, il présente une carte d’identification, qui l’associe à la personne de référence (l’utilisateur) inscrite dans le système de gestion des données.

Plus de précisions concernant la vision des trois régions sur la tarification différenciée de la collecte des déchets ménagers dans cet article.

“Cette nouvelle forme de collaboration avec SUEZ nous permet d’économiser plusieurs centaines de milliers d’euros par an”

Ivan Op de Beeck, chef du service Environnement
Avec plaisir !