Des ruches pour une commune plus verte

Stimuler la culture de fruits et légumes en augmentant la présence des abeilles : il n’y a rien de tel pour accroître la biodiversité. Le plus simple est de faire appel à une asbl belge avec laquelle SUEZ collabore déjà.


01.12.2016 - Actualité & dans la presse

La pollinisation par les abeilles est capitale : elles assurent la fertilisation de 40 % des fruits et légumes. Que ce soit les poires, les pommes, les cerises ou les prunes, ou encore les concombres, les laitues et les carottes. Le problème, c’est que leur population décline. En raison de la pollution croissante et du manque de biodiversité, les ruches connaissent en Belgique un taux de mortalité de 30 %.

Que peut faire ma commune concrètement ?

L’asbl Beeodiversity, fondée par Dr. Bach Kim Nguyen, professeur à l’Université de Liège, cherche des partenariats d’au moins trois ans avec des institutions et des entreprises prêtes à installer des colonies d’abeilles sur leur site. Les ruches, qui abritent chacune quelque 50 000 abeilles, constituent pour l’association une mine d’échantillons de pollen, d’eau et de nectar. Les communes de Knokke-Heist et de Spa montrent l’exemple. À Knokke-Heist, les abeilles ont permis de maintenir le rendement de pommes de terre en utilisant nettement moins de pesticides. Spa prévoit de nouvelles plantations qui favoriseraient la survie des abeilles. La tendance touche également SUEZ, qui a fait installer des ruches sur plusieurs sites. SUEZ invite les administrations publiques, les entreprises locales et les riverains à s’associer au projet.

Avec plaisir !